GASTRO-ENTÉRITE

En France, les gastroentérites entraîneraient annuellement plus de 3 millions de consultations médicales. Les mesures d’hygiène préventives sont essentielles pour s’en prémunir. Mais si vous n’avez pas pu échapper à l’épidémie, des solutions existent pour se sentir mieux.

Des virus en cause

La gastro-entérite correspond à une inflammation de l’estomac (gastro) et de l’intestin (entérite). Si une bactérie ou un parasite peuvent causer la maladie, dans la grande majorité des cas, le responsable est un virus. Mais comment la transmission se fait-elle? Le virus se transmet très facilement. Un individu peut s’infecter en ayant un contact direct avec une personne malade, en touchant des objets ou des surfaces contaminés par le virus (poignée de porte…) et en portant ensuite ses mains à la bouche ou en consommant des boissons ou des aliments contaminés. Il faut savoir que les selles diarrhéiques et les vomissements d’une personne malade contiennent une très grande quantité de virus.

Le lavage des mains comme meilleur moyen de prévention

Différentes mesures d’hygiène à appliquer limitent la transmission du virus. Le lavage des mains avec de l’eau et du savon, ou une solution hydro-alcoolique, est une règle de bon sens. Mais il ne s’agit pas de passer ses mains rapidement sous le robinet… Le lavage doit être soigneux et au moins durer 15 secondes. Il doit être systématique après un passage aux toilettes, avant la préparation d’un repas ou avant de manger. Par ailleurs, les fruits et les légumes doivent être lavés avec soin.

Des symptômes soudains

Les symptômes apparaissent habituellement 24 à 48 heures après le contact avec le virus. Souvent d’un début soudain, la gastro-entérite se manifeste par des douleurs gastriques et/ou abdominales de type crampes, des nausées, des vomissements, une diarrhée. Parfois, il ne peut s’agir que de nausées et vomissements, ou que de diarrhée. Peuvent s’y associer maux de tête, fatigue, légères courbatures, frissons et fièvre.

Comment se soigner??

Vous pouvez demander conseil à votre pharmacien qui vous recommandera un traitement pour soulager les symptômes. S’ils persistent, consultez votre médecin.

> Prévenir la déshydratation

Les symptômes engendrés par l’inflammation, à savoir diarrhées et vomissements, vident progressivement l’organisme de ses réserves d’eau et ainsi de ses sels minéraux (sodium, potassium, calcium, magnésium…), substances indispensables à l’organisme. Il est donc recommandé de bien s’hydrater en buvant de petites quantités d’eau régulièrement. La boisson de base sera l’eau sucrée et salée (six cuillères à café de sucre et une cuillère à café de sel dans un litre d’eau). L’eau peut être remplacée par du thé, un bouillon de légumes ou encore de l’eau de riz. Attention, le réflexe systématique et trop répandu de boire du soda doit être abandonné : leur teneur élevée en sucre peut causer des diarrhées et leur teneur en sodium est trop faible pour compenser les pertes hydriques.

> Une alimentation adaptée

Certains aliments sont à privilégier : les féculents, tels que du riz bien cuit, et les carottes. En revanche, d’autres sont à éviter pour limiter crampes et diarrhées : les produits laitiers, les jus d’agrumes, les plats épicés, les aliments sucrés et gras, les céréales trop riches en fibres, les fruits (sauf la banane) et les légumes crus.

Nourrissons et jeunes enfants, attention à la déshydratation

Des solutions de réhydratation orale (Adiaril®, Viatol®, Picolite®…), enrichies en minéraux, sont à donner à volonté par petites fractions aux nourrissons et aux enfants en bas âge en cas de diarrhées. Elles permettent d’apporter l’eau et les sels minéraux nécessaires pour compenser les pertes liées aux vomissements et diarrhées et sont à proposer à l’enfant jusqu’à l’arrêt de la diarrhée.

Pendant les premières heures, le biberon peut être présenté toutes les 5 à 10 minutes au début, puis toutes les 15 à 30 minutes. Après reconstitution, la solution obtenue à partir d’un sachet se conserve 24 heures maximum au réfrigérateur.

Une surveillance étroite

Plusieurs systèmes surveillent de près les cas de gastroentérite aiguë et leurs épidémies, comme le réseau Sentinelles qui veille aussi sur les cas de grippe. En ce qui concerne les gastro-entérites aiguës, les périodes épidémiques sont possibles toute l’année.

 

Votre magazine de décembre !

Votre nouveau magazine est disponible dans votre pharmacie PHR ANTILLES !

GASTRO-ENTÉRITE

En France, les gastroentérites entraîneraient annuellement plus de 3 millions de consultations médicales. Les mesures d’hygiène ...